Pratique de l’insémination animale

>>>Pratique de l’insémination animale
Pratique de l’insémination animale2018-06-04T14:55:25+00:00

Le choix des chèvres à inséminer

Les femelles retenues pour être inséminées doivent être choisies en premier lieu sur des critères physiologiques, avant même d’envisager les aspects génétiques. Les éleveurs adhérents du Contrôle Laitier Officiel disposent à cette fin du Suivi de Reproduction Sélection, sur lequel les femelles les plus aptes à être inséminées sont repérées par la mention IA ou IA+.

Si les femelles IA ou IA+ sont en nombre insuffisant, nous conseillons de compléter le lot par des femelles SN ou SN+ qualifiées. Il est alors important de respecter strictement un intervalle d’un an entre la date prévue d’IA et la date de dernière fécondation.

Il est conseillé d’éviter :

  • Les chèvres en état de pseudogestation

  • Les chèvres adultes non fécondées ou avortées à la campagne de reproduction précédente

  • Les chèvres ayant moins de 170 jours de lactation au début du traitement d’induction de l’oestrus

  • Les chèvres de plus de 5 ans

  • De réaliser plus d’un traitement hormonal par an et par chèvre

  • D’inséminer les chèvres non venues en chaleurs dans les 30 heures après le retrait de l’éponge

L’organisation du chantier d’Insémination et le suivi

Il est important de bien choisir le lieu où sont réalisées les inséminations : à l’abri du soleil, du vent et de la pluie. Une lumière vive est fortement déconseillée

Il faut éviter tout stress des femelles avant, pendant et après l’IA : repérer et regrouper les chèvres à inséminer, inséminer dans le même ordre que les poses d’éponge et travailler au calme. Les changements brutaux d’alimentation dans le mois qui précède et celui qui suit les IA sont à proscrire.

La contention des animaux est un élément important de l’organisation. Une bonne contention permettra de travailler plus facilement, plus confortablement et plus rapidement. Elle limite le stress des animaux et des hommes. Plusieurs moyens de contention existent aujourd’hui : la chaise de contention, le cornadis, et la salle de traite.

Le constat de gestation par échographie 35 jours après l’IA permet de gérer au mieux la reproduction du troupeau en plaçant les femelles non fécondées sur IA, par rapport à la Saillie Naturelle.

Le respect du protocole d’insémination

Il est impératif de respecter la chronologie des opérations du protocole (délais et horaires), ainsi que les doses de produits indiquées.

Il est important de ne pratiquer qu’un seul traitement hormonal d’induction par femelle et par an. De même, les produts doivent être dans de bonnes conditions : éponges à l’abri de la lumière et de l’humidité, PMSG à 4°C (réfrigérateur) et Cloprosténol à l’abri de la lumière.

Seules les femelles détectées en chaleur par le mâle doivent être inséminées. Il est donc recommandé de prévoir 10 à 15% de femelles supplémentaires par lot afin de conserver un nombre suffisant de femelles à inséminer après la détection des chaleurs.

Protocole d’Insémination Animale

La fertilité nationale

Bilan fertilité national 2017

Le Groupe Reproduction Caprine

Créé en 1992, le Groupe Reproduction Caprine rassemble les professionnels et les acteurs de la recherche et du développement de la filière caprine autour de la problématique de la reproduction . Présidé par Gilles AMIOT et animé par Audrey CHANVALLON de l’Institut de l’Elevage, le Groupe Reproduction Caprine est composé de :

Le groupe participe au transfert de connaissances et à la diffusion des techniques et stratégies de reproduction à destination des techniciens et des éleveurs, grâce à l’édition de fiches techniques.

Plus de renseignements sur le site de l’IDELE

Fiches techniques 2012-2015 (à télécharger ci-dessous) :

Le Groupe Reproduction Caprine
La physiologie de la reproduction caprine
Les traitements photopériodiques et la reproduction caprine
Les installations photopériodiques
Choix des chèvres et organisation du chantier IA
La détection des chaleurs avant insémination
Traitement hormonal d’induction et de synchronisation de l’oestrus
L’utilisation de l’Holospray pour la pose d’éponge chez la chèvre
L’utilisation de la PMSG 6000 et d’un pistolet doseur pour le traitement de synchronisation et d’induction de l’oestrus chez la chèvre
L’effet mâle
Le traitement photopériodique éponge
L’insémination sans hormones
Le constat de gestation
Attentes des éleveurs et perspectives
Evolution de la fertilité à l’IA entre 2004 et 2010