Project Description

Origine et zone d’élevage

La chèvre du massif central peuplait traditionnellement le centre de la France (Massif Central, Limousin, Berry, Vallée du Rhône). Dans le Sud Est, elle était présente dans les départements du Gard, de l’Hérault, de la Lozère, de l’Ardèche, de la Haute-Loire, de la Loire, du Rhône et des contreforts des Alpes (partie occidentale des départements de l’Isère et de la Drôme).

Actions de sauvegarde

Jusqu’au tout début des années soixante, une importante population est recensée et maintenue intacte. Pendant cette décennie, des “néo-ruraux” d’origine citadine s’installent, et avec eux des élevages spécialisés, basés sur l’utilisation de deux races de chèvres d’origine Suisse, l’Alpine Chamoisée et la Saanen, s’implantent. L’arrivée de ces nouveaux éleveurs coïncident avec la disparition progressive de l’élevage local traditionnel. Très vite les boucs Alpins et Saanen sont diffusés et la population locale est remplacée par ces races du massif alpin. En 1994, l’association pour le renouveau de la chèvre du Massif Central s’est constituée pour tenter de sauver les dernières chèvres du Massif Central.

Des bénévoles de l’association organisent un premier recensement où environ 120 chèvres chez 23 éleveurs sont inventoriées. Beaucoup d’animaux présentaient des signes évidents de croisements, la situation était donc devenue très critique. Depuis le début des années 2000 un inventaire précis des animaux est tenu par l’Institut de l’Elevage. Cette race est la dernière à avoir été reconnue par le Ministère de l’Agriculture début 2010.

Description

Cette chèvre est plutôt de grand format, trapue, osseuse, généralement avec du poil long sur l’échine et sur les cuisses, ainsi que sous le ventre. Traditionnellement, les animaux mottes étaient préférés. Une standardisation de la population en sélectionnant un type de robe unique (“Blanche des Cevennes”), a localement pu être recherchée par certains éleveurs mais ces efforts sont toujours restés passagers. Il en résulte une très grande diversité de robes, avec cependant une dominante de robes noires ou noires et blanches et la présence du patron “Poitevin”.

Aptitudes et performances

Comme pour beaucoup de races à petits effectifs, il existe très peu de références techniques de production pour cette chèvre qui est appréciée pour ses qualités laitières et sa rusticité. Sa capacité à la marche, son aptitude à brouter y compris dans les fourrés lui permettent de tirer profit de la flore, des ronces et des arbustes. Elle valorise très bien les pâtures ainsi que les fourrages grossiers. Cette chèvre avait historiquement la réputation d’être une bonne laitière. Pour les éleveurs qui vivent de son élevage, sa production est satisfaisante, avec une bonne durée de lactation et une bonne valorisation fromagère. Sa robustesse et sa faculté d’adaptation aux intempéries (en particulier au froid) en font un animal quasiment sans problème sanitaire.

Effectifs

  • 660 animaux inventoriés en 2009, dont 600 femelles

Qualités

Race rustique polyvalente apprécié pour le travail fromager et de bonne persistance laitière.

Contact

  • ARCMC: Association pour le Renouveau de la Chèvre du Massif-Central
  • Secrétariat: ARCMC, Gîte de Sabadel, St Germain de Laprade, 43260 St Julien Chapteuil
  • Site internet : arcm-c.com

Fiches téléchargeables